Le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs à l'aube d'une profonde mutation

Olivier Sancerre

Le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs est à la veille de profonds changements. Le nouveau directeur général, Yann Caillère, s'est lancé dans une « réflexion stratégique » sur les activités de l'entreprise.

Une revue stratégique en profondeur
Un plan d'actions sera dévoilé avant le mois de mars, a promis Yann Caillère, le nouveau directeur général de Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs (PVCP), en poste depuis septembre. Pendant ce temps, il va mener une « réflexion stratégique », a rapporté Les Echos. Le numéro un européen des résidences de loisirs n'est pas dans la meilleure des formes : le groupe a signé son huitième exercice déficitaire consécutif, avec une perte de 33 millions d'euros enregistrée durant l'exercice 2018-2019. Le chiffre d'affaires s'est établi à 1,67 milliard d'euros, pour un profit avant impôt de 1,3 million.

Le groupe possède plusieurs atouts : des revenus qui demeurent élevés, des marques connues et reconnues (Pierre & Vacances et Center Parcs bien sûr, mais aussi Adagio), des infrastructures de qualité, plus de la moitié des ventes réalisées sur Internet. En revanche, Yann Caillère pointe la complexité de l'organisation du groupe et des équipes à responsabiliser. Le directeur général entend aussi revoir la façon dont PVCP construit ses projets.

Le plan d'actions sera connu au printemps prochain
Et c'est là que les choses pourraient se gâter, puisque les développements immobiliers du groupe sont entre les mains de Gérard Brémond, le président-fondateur de PVCP… qui en est toujours l'actionnaire majoritaire. Mais visiblement, les deux hommes sont au diapason pour redresser les comptes de l'entreprise. Yann Caillère a l'intention de revoir le modèle économique du groupe et veut faire en sorte d'accélérer le plan stratégique en cours, qui court jusqu'en 2022.

Yann Caillère est un vétéran des secteurs du tourisme et de l'hôtellerie. Il a été un des dirigeants d'Euro Disney, patron de Louvre Hotels, ou encore directeur général d'Accor. Il devrait avoir les épaules suffisamment solides pour impulser les changements nécessaires pour remettre Pierre & Vacances sur les bons rails.