L’enseigne Botanic devient entreprise à mission

Anton Kunin

L’enseigne de produits de jardinage Botanic vient d’obtenir sa certification en tant qu’entreprise à mission, ce nouveau statut créé par la loi Pacte. Cette démarche s’accompagne d’engagements intéressants, notamment suivre et améliorer la satisfaction de la relation entre tous les collaborateurs, entre collaborateurs et managers, entre l’entreprise et les fournisseurs et enfin entre l’entreprise et les clients.

Améliorer les relations avec toutes les parties prenantes, un aspect non négligeable de la démarche « entreprise à mission »
La France compte à ce jour plus de 150 « entreprises à mission », dont Carrefour, Atos, Danone, la MAIF, La Française des jeux, le Groupe La Poste, RTE, Engie, Yves Rocher, Boursorama… ainsi que Ulule, Novaxia, Spareka, Citeo, Klésia, Bayard Presse… pour ne citer que les sociétés les plus connues. L’enseigne de produits de jardinage Botanic vient elle aussi de rejoindre ce « club ».

Point notable, cette enseigne proclame des principes intéressants du point de vue du management. Il s’agira de « cultiver une relation de qualité avec toutes les parties prenantes du Groupe : collaborateurs, clients, fournisseurs, partenaires; suivre la satisfaction de la relation entre les clients et l’enseigne et travailler sur les aspects à améliorer; suivre la satisfaction de la relation entre tous les collaborateurs ; entre collaborateurs et managers, puis travailler sur les aspects à améliorer » et enfin « mesurer la qualité relationnelle du Groupe avec ses fournisseurs ».

Prendre en compte les conséquences sociales et environnementales des décisions managériales
Les « entreprises à mission » sont nées de la loi Pacte, et plus particulièrement du décret n° 2020-1 du 2 janvier 2020. Pour une « entreprise à mission » il s’agit de combiner recherche du profit et contribution sociétale. Dans le cadre de cette démarche, Botanic s’engage à prendre en considération les conséquences sociales, sociétales et environnementales de ses décisions sur l’ensemble des parties prenantes de la Société, ainsi que les conséquences de ses décisions sur l’environnement.

Pour rappel, une entreprise à mission doit inscrire dans ses statuts sa raison d’être (définissant le futur que l’entreprise veut contribuer à bâtir) et les objectifs associés (engagements de l’entreprise envers elle-même et son écosystème). Une telle entreprise a également l’obligation de mettre en place un dispositif de gouvernance spécifique, le comité de mission (qui est composé d’au moins un salarié et de personnalités externes) et se soumettre à une évaluation par un organisme tiers indépendant tous les deux ans.