Index d’égalité professionnelle : des progrès notables au sein du CAC40

Anton Kunin

C’est au 1er mars de chaque année au plus tard que les entreprises de plus de 50 salariés doivent soumettre au ministère du Travail leur Index d’égalité professionnelle. En 2021, au sein du CAC40, les sociétés Air Liquide, Hermès et Teleperformance s’en sortent gagnantes avec un index égal ou supérieur à 98 sur 100.

Index d’égalité professionnelle : de nombreuses sociétés ont amélioré leurs performances
Au sein du CAC40, quelles sont les entreprises qui respectent le plus l’égalité entre les hommes et les femmes ? Les « grands gagnants » de cette édition 2021 (résultats basés sur les déclarations au titre de l’année 2020), ce sont Air Liquide (avec un score de 99 sur 100), Teleperformance (99) et Hermès (98). À noter que, comparé à 2020, Teleperformance a amélioré sensiblement son score (passage de 94 à 99), tandis qu’Air Liquide avait déjà une excellente performance en 2020 (98). Hermès, quant à lui, a perdu un point (98 contre 99 en 2020).

Parmi les autres « bons élèves » de cette édition 2021, on notera LVMH (96), Dassault Systèmes (95), Kering (95), Axa (94), Capgemini (94), Carrefour (94), L’Oréal (94), Orange (94) et Renault (94). La société Carrefour a d’ailleurs amélioré considérablement sa performance, en passant de 98 à 94 points en un an. Orange a lui aussi fait des progrès, avec un score passant de 94 à 99.

L’Index d’égalité professionnelle, un outil censé mesurer l’égalité professionnelle sur de multiples points
Mais toutes les sociétés du CAC40 ne sont pas aussi performantes en matière d’égalité professionnelle. Quatre sociétés affichent un index en dessous de 85 : il s’agit d’ArcelorMittal (84), Danone (84), Vinci (79) et Worldline (74). Si Danone a amélioré son score (84 contre 78 en 2020), Worldline a opéré un mouvement inverse, passant de 88 points en 2020 à 74 points en 2021.

Pour rappel, le calcul et la soumission au ministère du Travail de l’Index de l’égalité professionnelle avant le 1er mars de chaque année ont été rendus obligatoires pour les entreprises de plus de 50 salariés par la loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel de 2018. Censé mesurer où en sont les entreprises sur le plan de l’égalité professionnelle, cet index agrège cinq indicateurs :  l’écart de rémunération femmes-hommes (sur 40 points) ; l’écart de répartition des augmentations individuelles, (sur 20 points) ; l’écart de répartition des promotions (sur 15 points) ; le nombre de salariées augmentées à leur retour de congé de maternité (sur 15 points) et le nombre de personnes du sexe sous-représenté parmi les 10 plus hautes rémunérations (sur 10 points).